Five Miles Out, en bas la Terre au loin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Five Miles Out, en bas la Terre au loin

Message par E-Gwen le Jeu 19 Oct - 15:43

Deux choses m'avaient éloigné de cet album.

La première tenait au piètre transfert sur la première version CD de cet album, au début des années 90.
Le rapport signal-bruit n'était pas terrible, ce qui desservait les moments à faible volume, comme l'introduction de Orabidoo, ou bien le passage du "Deep Deep Sound" dans "Taurus II".
Les basses et les aiguës étaient peu distinctes, ce qui enlevait du relief à l'album.
Et pour couronner le tout, certains instruments étaient quasiment occultés, notamment les synthétiseurs planant, ce qui dénaturait certains morceaux, comme par exemple "Mount Teidi", qui ne paraissait ne pas avoir de construction mélodique !  Shocked (je vous jure).

La seconde, c'est l'utilisation des choeurs dans cet opus, qui ne m'a jamais véritablement convaincu, surtout sur le final de Taurus II.
Autant j'ai toujours trouvé ceux d'Ommadawn risqués mais plaisants, autant avec ceux de Five Miles Out, je prends de la distance. En y réfléchissant, c'est d'ailleurs un peu la même raison avec QE2. J'y reviendrai.

Avec la version remasterisée de 2000, tout est rentré dans l'ordre, et tout s'est mieux glissé dans mes oreilles.

Tout d'abord, les deux chansons sont originales et attrayantes.
"Family Man" est un bon morceau, et "Five Miles Out" est particulièrement original et bien fichu.
"Ireland's Eye" dans "Orabidoo" est magnifique. On croirait entrer en Irlande par une porte dérobée.
Ces trois morceaux figurent sur ma compilation de chansons de Mike, et c'est un véritable plaisir de les retrouver à chaque écoute.

"The Deep Deep Sound", dans Taurus II, excerçait sur moi une fascination particulière, et les paroles, combinées à la voix de Maggie Reilly (si je ne me trompe), me plongeait dans un moment de quiètude onirique. Le pied, quoi !

Le morceau "Orabidoo" lui-même a repris du contraste avec cette remasterisation de Simon Heyworth, et l'on peut apprécier l'introduction à sa juste valeur désormais, tout comme le reste du morceau instrumental, cyber-mystérieux à souhait.

"Mount Teidi" ressemble à quelque chose, la mélodie transparaissant enfin grâce au transfert numérique de qualité.

Les basses retrouvées donne du rythme à l'ensemble, et la batterie est beaucoup plus distincte, surtout an niveau des descentes de tomes.
Du coup, le final de "Taurus II" est beaucoup plus palpitant.

Five Miles Out est à redécouvrir, et reste pour moi un bon album, qui a en germe tous les ingrédients d'un "Crises", avec la guitare évanescente, planante, et mélodique d'un "QE2".
Mike perce timidement à la voix, et c'est étonnant.
Sur ma compilation d'instrumentaux (voir sur ce forum), un passage de "Tarus II" figure, et aussi un passage de "Orabidoo", qui me font halluciner auditivement par leur richesses mélodiques et par leurs arrangements.
Finalement, "Five Miles Out" regorge de petites pépites disséminées sur ses différentes parties, et je m'en aperçois moi-même tardivement en faisant cette rétrospective.

Quelqu'un aurait-t-il noté des différences majeures, ou mineures, avec la version remixée par le maître datant de 2013 ?

En tout cas, excellent décollage.

E-Gwen.

E-Gwen

Messages : 31
Date d'inscription : 10/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum